mercredi 19 février 2014

LE RAFFINÉ GAUVIN ET DAME RAGNELL

Cette légende est issue des traditions orales Celtiques, de l’époque du Roi Arthur et des Chevaliers du la Table Ronde.  
L’histoire se passe à Camelot, Château du Roi Arthur.

Il fut une époque où, pour mettre à l’épreuve l’honneur d’un Roi ou vérifier l’intégrité des membres de sa Cour.  Les Sorcières prenaient plaisir à les défiés de résoudre des énigmes, sous peine d’avoir à subir un mauvais sort ou encore d’avoir à réaliser un souhait de la sorcière concernée.

Un jour Le Roi Arthur et sa cour, loin d’avoir été épargné par ce type d’épreuve, eu la surprenante visite d’une sorcière très connue à Camelot comme étant la sorcière Celtique la plus laide de l’époque.  On l’avait d’ailleurs surnommé: «’Effroyable Dame Répugnante. »

Comme elle en avait l’habitude elle arriva un jour sans prévenir.  Elle franchit la garde du Roi sans aucune difficulté et  entra en trombe dans la grande salle de la table Ronde.  S’imposant devant le Roi et les Chevaliers de la Table Ronde, la Sorcière s’avança avec assurance et défia le Roi de son plus vilain regard.  Le Roi Arthur et ces fidèles chevaliers, horrifiés, restèrent béas devant la laideur de la sorcière.  Elle leva son index crochu, le pointa en direction du  Roi et lui dit:  «Arthur, je vais te poser une énigme, tu auras une année complète, à partir de ce jour, pour en trouver la réponse.  Si à mon retour dans un an tu n’as pas trouvé à résoudre cette énigme, tu devras exaucer un de mes vœux, quel qu’il soit. » Le Roi accepta et invita la sorcière à poser son énigme, celle-ci s’exécuta :  «Qu’est-ce qu’une femme désire le plus au monde? »  Et elle disparue aussi brusquement qu’elle était arrivée.

Les Chevaliers de la Table Ronde et le Roi passèrent toute l’année suivante à parcourir le pays de fond en comble et dans  les moindres recoins cherchant à trouver la solution à l’énigme, sans aucun succès.  Un an plus tard, comme convenu la sorcière revint pour avoir la réponse à l’énigme  mais en vain, le Roi dut admettre qu’ils avaient eu beau traverser  le pays, d’est en ouest et du nord au sud, lui et ces fidèles Chevaliers n’avaient trouvé aucune réponse à son énigme.  Alors la sorcière s’empressa de rappeler  Roi qu’il avait un engagement  à respecter envers elle,  celui d’exaucer un de ces vœux.  Sans même attendre l’invitation du Roi à s’exprimer, elle formula son souhait:  «Je désire avoir un époux? » Lui dit la sorcière.

Tous furent  stupéfait. L’air hébété mais fidèle à sa parole  et poussé par l’honneur, digne de tout grand Roi.  Le Roi  Arthur offrit de l’épouser, quand soudain le beau et courtois Gauvain s’interposa entre le Roi et la sorcière  et se proposa, comme époux,  à la place de son Roi.   Satisfaite la Sorcière accepta l’offre de Gauvin et le soir même, l’effroyable Dame répugnante et le bon Gauvin, étaient  uni dans les liens sacrés du mariage.   La nuit de noce venue, c’est avec beaucoup de réticence que Gauvin s’approcha du lit conjugal. Mais quelle  ne fut pas sa surprise quand il vit dans son lit non pas, une sorcière repoussante et laide comme il s’attendait de voir mais bien une jeune femme belle comme un matin de printemps.  «Où est la sorcière? » Demanda Gauvin stupéfait!  «Je suis Ragnell » répondit la jeune femme.  «J’ai été victime d’un sortilège, lui expliqua t’elle, «Je peux être belle le jour ou la nuit mais jamais les deux à la fois.

L’autre moitié du temps j’apparais sous les traits d’une hideuse sorcière. En tant que mon époux je vais te laisser le choix de me voir belle soit:  le jour à ton bras en public et  lorsque nous serons en présence de tes amis ou le soir lorsque nous serons seuls dans l’intimité. »  Gauvin réfléchit une bonne partie de la nuit et ce n’est qu’au petit matin qu’il se décida enfin de répondre à son épouse et  il lui dit::  «Je ne réussie pas à me décider donc tu feras comme bon te semble.  Si pour toi c’est plus important d’être belle le jour en présence des gens de la cour et de mes amis je suis d’accord si par contre, tu préfères être belle le soir seul avec moi je n’y vois aucun inconvénient.  Je respecterai  ton choix quel qu’il soit. »  Sur ces mots un léger tintement se fit entendre et la jeune femme les yeux pleins de larmes regarda Gauvin et lui dit:  «Ta galante réaction vient de rompre la malédiction dont j’étais victime, maintenant que tu m’as laisser libre choix, je peux être belle de jour comme de nuit. »

Gauvin venait de donner la réponse à l’énigme:  «Qu’est-ce qu’une femme désire le plus en ce monde? C’est:  être respecté dans ses choix... »



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...