LES ELFES

Je vous fais ici une petite intro d’après certaines de mes recherches… vous remarquerez que, bien que certaines descriptions sont similaires d’autres sont complètement différentes, les opinions diverges d’un recherchiste à un autres… les ELFES SONT ET RESTERONT MYSTÉRIEUX, probablement que jamais personne ne pourront les décrire d’une manière parfaite… peut-être est-ce là une nécessité pour les Elfes … peut-être est-ce eux qui le veulent ainsi… Quoi qu’il en soit je ne le dirai jamais assez, très peu d’information existe sur ce peuple d’une autre dimension…


PREMIÈRE REPRÉSENTATION DES ELFES
Ils sont à la fois attirants, mystérieux et envoûtant …
Ont dit des Elfes qu’ils sont gracieux et souples mais peuvent sembler fragiles. Leur peau est plutôt pâle,
leurs cheveux sont noirs, gris ou blonds, leurs oreilles hautes et pointues, et leurs yeux le plus souvent verts. Ils sont imberbes et glabres.

Ils préfèrent les habits simples et confortables, affichant une préférence pour les tons pastel tirant sur le bleu ou le vert.

Ils aiment également les bijoux élégants et aériens. Leur grâce est presque surnaturelle et leurs traits sont d’une finesse remarquable, d’une beauté envoûtante.

Les elfes sont gracieux mais frêles. Leurs gestes coulés les aident à se déplacer discrètement et en font de redoutables archers. Certains disent même que lorsqu’un Elfe se déplace il ne touche pas le sol de ces pieds tellement il est léger comme l’air.
  
Ils voient deux fois plus loin que les humains dans les conditions de faible éclairage (clarté de la lune, torche, etc…). Dans ces conditions, ils distinguent toujours parfaitement les couleurs et les détails. Leurs perceptions sont si affûtées qu’ils sont presque dotés d’un sixième sens pour ce qui est de repérer les passages secrets.
  
Les elfes deviendraient adultes vers 100 ans et ils pourraient espérer dépasser les 500 ans.

D’autre part ils ne dorment pas, mais doivent cependant se plonger dans une transe profonde, propice à la méditation, pendant un minimum de 4 heures par jour.
Cela leur procure un repos identique à 8 heures de sommeil. (Les elfes rêvent donc, même si ces songes sont en réalité des exercices mentaux développés au fil des ans).
  
Les elfes sont plus souvent amusés qu’excités, et bien moins cupides que curieux. Leur espérance de vie est si longue qu’ils ont tendance à toujours penser au long terme et à ne montrer que dédain et indifférence pour ce qu’ils considèrent comme une péripétie passagère.

Par contre, dès qu’ils se fixent un but (qu’il s’agisse d’une mission risquée ou de l’apprentissage d’une nouvelle forme d’expression artistique), ils savent faire preuve d’une concentration et d’une détermination à nulle autre pareille.

Ils se font difficilement des amis ou des ennemis, mais dans ce cas ils ne les oublient jamais. Ils répondent aux insultes par le mépris tant qu’ils les considèrent sans importance. Sinon, ils se vengent. Pour eux les humains sont un peu rustres.
  
Les elfes aiment la liberté, la diversité et l’expression personnelle. Ils sont fortement attirés par les aspects les plus bénéfiques de la rébellion à l’ordre établi. Ils se sentent souvent concernés par la défense des libertés d’autrui et la plupart sont foncièrement bons.

Les elfes se retrouvent généralement dans le cadre de clans regroupant moins de deux cents individus. Leurs villages, bien cachés, se mêlent aux arbres sans nuire à la forêt. Ils vivent de chasse, de cueillette et de l’agriculture, leurs dons spécifiques en ce domaine (et leur magie) leur permettant de se nourrir sans devoir cultiver sur de grandes parcelles.

Dans nos rêves les Elfes peuvent se présenter enveloppé d’une grande cape blanche légèrement lumineuse, et tel qu’il est dit plus haut… il ne touche pas le sol mais flotte dans l’air comme des êtres mystiques et mystérieux qu’ils sont…

DEUXIÈME REPRÉSENTATION DES ELFES
Lorsque l'on parle des Elfes dans la mythologie, on constate que beaucoup de points divergents d'une tradition à l'autre rendant difficile l'expression exacte de leur nature.  Nos Sources principales d'informations quant à la description et l’identification parfaite des Elfes sont assez restreintes que cela soit des Mythologies ou bien encore de textes récents comme les fabuleux travaux de Tolkien (Le Seigneur des Anneaux).
Ps : Les livres de Tolkien intitulé « Le Seigneur des Anneaux » en 3 tomes lui ont valu 14 ans de travail et de recherches, je considère donc que sa description des Elfes est importante.

Aussi un travail sur la mémoire de l'inconscient collectif et pourquoi pas les archives akashique peuvent néanmoins nous permettre d'apporter certains éléments de réponses, quelque peu désordonnés hélas, mais qui finiront surement tôt ou tard, par se coordonner et se clarifier !

C’est dans les traditions Nordiques, Germaniques et Anglo-saxonne que les Elfes sont le plus souvent représentés.

Chez les Nordiques  « Selon l’Edda / Ancien recueil de Mythologie Nordique », ils existent 2 sortes de Elfes.  Les Elfes de Lumière (Elfes Blanc) qui évoluent librement au grand jour; ils sont gais, gracieux et bienveillant et les Elfes des Ténèbres (Elfes Noirs) lugubres et maléfiques, qui évoluent dans les profondeurs de la terre (le Svartalfheim)  ceux-ci sont souvent confondu avec les Gnomes ou les nains.  

En Allemagne il est dit que l’agriculteur confie les graines enfouie dans le sol non germées aux Elfes des Profondeurs de la Terre « Schwartz-Elfen »  dès que la plante germe et sort de terre pour s’élevé vers le ciel elle passe sous la protection des Elfes de Lumières « Licht-Elfen ».

Les Elfes adorent le lait et le miel, ils boivent le nectar aux corolles des fleurs: C’est le vin des Fées.  

Dans certaines traditions les Elfes feraient partie des Élémentaux de l’Air et les Sylphes, Maître de cet élément, seraient leur supérieur immédiat. Quoi qu’il en soit les Elfes sont en quelque sorte des esprits et des forces de la nature résidant dans un monde bien précis dans l'Alfheim qui est situé entre le Midgard, royaume physique des hommes, et l'Asgard, le monde des Dieux et leur rôle est celui de médiateur entre le divin et le Physique.

Chez les Celte on retrouve plus ou moins symboliquement la même chose même si ils apparaissent plus sous la forme d'esprits de la nature, d'entités supérieures ne formant de structure sociale que lorsqu'on parle du Petit Peuple résidant dans les bois ou dans des contrées écartées en des temps reculés.

Dans le système Elfique Gallois, Sept états d'êtres sont représentés par sept seigneurs dont le suprême seigneur des elfes et des humains n'est autre que le Roi Obéron (ou Oberon) comme tel que décrit dans la section des Fées  Le roi Obéron … revêt des allures d’Elfe et son pouvoir correspond à la magie de l’imagination de la créativité, de la sensualité estivale et de l’attrait.  Quant aux autres seigneurs ils présentent chacun la double polarité mâle/femelle. Trois de ces Seigneur, représentent la vie, Obéron est des leurs, un autre est dédié aux animaux, l'autre aux plantes.

Globalement l'approche symbolique et sacrée des textes celtiques nous permet de discerner deux principes importants :
  • Leur statut d’entités élevées astralement,
  • Leur ancienneté par rapport aux hommes et leur affinité innée pour la nature et pour la connaissance des lois universelle et de la Sagesse.
En Clair … Les Elfes sont supérieurs à la race humaine


ORIGINE DES ELFES
D’après les plus vieux grimoires connus, la naissance des Elfes remonte à la nuit des temps. Pendant la genèse, la déesse Neutra (*) a toujours pris grand soin d’observer la plus parfaite neutralité dans tous les conflits qui ont agité le monde depuis sa création. Pour tromper l’ennui mortel qui la guettait elle donna naissance aux Elfes, une race magnifique, plus proche de la nature qu’aucune autre. Elle les avait faits plutôt petits et de caractère méfiant, les avait dotés d’oreilles très longues et fines, leur avait fait cadeau d’une vue perçante et d’une longévité exceptionnelle. D’elle, ils tirèrent leurs enseignements et apprirent à adopter, comme leur divinité et comme la nature, une attitude distante et détachée du monde qui les entoure. 

Puis Neutra (*) chargea sa propre fille Coccifera, déesse verte des forêts et des végétaux de veiller sur le peuple Elfe. C’est ainsi que lors de la guerre contre les dragons, Coccifera, suivant les préceptes que sa mère lui avait enseignés, opposa la plus passive des résistances à l'envahisseur. L’armée des dragons ne pouvait avancer sans que la forêt ralentisse leur progression, et chaque fois que les Orcs asservies défrichaient et créaient des brèches au sein de cette vie végétale, la forêt semblait se refermer pour combler leurs avancées. Jamais les dragons ne purent venir à bout des Elfes… Bien au contraire, les Elfes en capturèrent quelques-uns et à force de patience parvinrent à les domestiquer.

Mais cette guerre avait causé de profondes mutations. Certaines plantes avaient changé, et dévoraient maintenant la chair de tout intrus… Même le peuple des Elfes s’était transformé. Dans l’espoir de découvrir de nouvelles voies à opposer aux dragons, certains elfes avaient expérimenté des techniques magiques jusqu’alors jamais pratiqués. Certains avaient basé leurs recherches sur les enchantements, tandis que d’autres tentaient de trouver une réponse dans l’essence même de la mort. Le peuple Elfique restait uni mais fut dès lors composé de trois groupes distincts : Les Hauts-Elfes et leurs enchantements, les Elfes Noirs et leur nécromancie, et enfin, l’immense majorité de ceux qui restèrent fidèles à l’esprit de Neutra, les Elfes des bois. 

(*) Neutra est une Dieu/Déesse androgyne et l’une des divinités les plus étranges et les plus difficiles à cerner du panthéon de Ganareth. 


TROISIÈME REPRÉSENTATION DES ELFES
Définition:
Les Elfes sont des êtres supérieurs du monde de Féérie appartenant aux élémentaux de l'air. Les Elfes sont à l'air ce que les fées sont à la nature, la plupart du temps. Comme elles, ils ont quelque chose de léger, d'aérien, de parfait.

LES ELFES PEUVENT ÊTRE RÉPARTIE EN PLUSIEURS CATÉGORIES
Première Catégorie :
Ils sont à peu près de la taille des humains, ou un peu plus petits. Ils présentent un beau visage régulier, des yeux profonds, un air général de bonté ou de sérénité. Comme les lutins, les elfes peuvent avoir les oreilles pointues et légèrement décollées, mais ce n'est pas obligatoire. Les Elfes ont généralement le teint clair, avec de beaux cheveux blond-blanc épais et très longs. Assez coquets, ils adorent les raffinements vestimentaires.

Deuxième Catégorie :
On peut appeler ceux-ci, des esprits de la nature.  Ces Elfes sont des personnages beaucoup plus petits, comme les fées végétales. Également diaphanes, ils sont légers, lumineux, parfaits, et font preuve d'une réelle bonté. Selon certaines sources, les Elfes ne se nourrissent que du parfum des fleurs ou des effluves de la nature, de l'essence même des végétaux, fruits ou plantes ainsi que de laitage au safran. Dans d'autres cas, ils ne dédaignent pas les fruits bien réels et les grains de blé. Ils raffolent aussi du lait, du miel, et du nectar des fleurs.

De ces Catégories ont pourrait identifier 3 sortes d’Elfes :
  1. Les NOLDOR
  2. Les SINDAR
  3. Les ELFES SYLVAIN
(1) Les Elfes vivent dans notre monde. Il arrive qu'on les y aperçoive, comme les fées, et cela surtout au crépuscule. Mais ils possèdent aussi leur propre royaume, tout de finesse et de beauté. Tout y est beau et plein de grâce; Les Elfes vivent en monarchie, dirigés par un roi et une reine, à la tête d'un gouvernement. Une grande partie des activités de leur royaume consiste à organiser des fêtes splendides où tous les participants viennent somptueusement habillés.
(1) Extrait de Le Seigneur des Anneaux

Leur milieu naturel est associé, la plupart du temps, aux forêts, car ce sont des créatures mystérieuses, discrètes et sauvages douées pour la magie et la pratique des armes magiques. Ils ont une espérance de vie d'une centaine d'années, voir même d'un millénaire.

Leurs origines restent à définir car plusieurs versions leur sont données.

LES ELFES SELON TOLKIEN
On les identifie surtout par leurs oreilles qui sont très grandes et pointues vers le haut. Mais peu de gens ont eu la chance d'en rencontrer sur leurs passages...

Les elfes se matérialisent sous une forme que l'homme peut aisément identifier c'est pourquoi les témoignages sur l'aspect physique des elfes coïncident avec les illustrations dans les livres, les contes, ou même les préjugés : en effet ils essayent de correspondent le plus possible à la vision que nous avons d'eux afin que l'on puisse les reconnaître. Ils s'inspirent de notre inconscient si bien qu'il n'est pas étonnant de les voir revêtir une apparence humaine et ce, peu importe leur taille originel …

Leurs ailes :
La différence avec l'homme c'est que certains Elfes arborent deux petites ailes sur leur dos, qui reflètent l'incessant mouvement de l'énergie que parcours sans interruption leur corps ; même si ils se sont matérialisés.

Leur voix :
Elle est réellement différente de celle de l'homme puisqu'elle se rapproche davantage d'un sifflement aigu que l'on peut confondre avec le sifflement du vent.

Leur peau et leurs cheveux :
La peau des Elfes brille, scintille, toujours à cause de l'énergie qui circule dans leur corps. Elle est de couleur blanche, grise, ou verte ; comme leurs cheveux généralement longs.

Leurs vêtements :
Les Elfes sont généralement nus. Lorsqu'ils s'habillent c'est pour ne pas porter atteinte à la pudeur humaine.

Ils choisissent alors, de simples végétaux : feuilles d'arbres, mousses ou même pétale de rose. Sinon, ils imitent l'homme, même si ils choisissent parfois des habits d'époque révolue du fait de la désynchronisation entre leur temps et le nôtre. Leurs vêtements ne sont cependant pas faits de matière. Ils sont nourris de l'illusion de la réfraction lumineuse, utilisant ainsi un procédé proche de celui de l'arc en ciel.

Leur beauté :
De nombreux témoin rapportent la beauté époustouflante des Elfes, qui aiment apparaître sous une forme enchanteresse. Leur impressionnante beauté marque profondément les esprits, laissant pendant un long moment l'homme ébahit par leur physique incomparable et hypnotique. Voir un Elfe sans y être préparé provoque un réel éblouissement qui laisse l'homme dans un état de nostalgie et de mélancolie jusqu'à sa mort qui viendrait alors, selon certain dire, trop prématurément.
Extrait de Le Seigneur des Anneaux

Aspect moral des Elfes
De nombreux aspects moraux sont caractéristiques des Elfes.

Étant donné qu'ils n'ont aucune conscience du bien et du mal, ils sont capables de l'un comme de l'autre à la fois. Ils ne pèsent pas les conséquences de leurs actes voilà pourquoi il ne faut jamais les offenser : ils n'auront pas conscience d'aller trop loin dans leur punition.

Nous savons des Elfes qu'ils sont ambivalents :
Leur attitude change sans cesse, ils sont toujours en contradiction avec eux-mêmes. L'exemple le plus connu est celui de leur matérialisation. Lorsqu'ils veulent qu'on les voie, ils deviennent visibles devant nos yeux. Pourtant, si on les observe, ils se fâchent de notre indiscrétion et se vengent. Aussi faut-il toujours rester prudent avec les Elfes : ils peuvent se froisser pour un comportement qu'ils auraient totalement admis la seconde d'avant.

Les Elfes sont véritablement susceptibles :
Ils ne supportent pas que l'on se moque d'eux. Il ne faut donc jamais parler d'eux à un ami qui ne croit pas en leur existence car s’il rit de nos croyances et qu'un Elfe l'entend, il se vengera plus ou moins gravement selon sa susceptibilité. Inutile de rappeler que les Elfes peuvent essayer de tuer un humain sans avoir conscience de la gravité de leur geste : ils n'ont pas de conscience individuelle.

Les Elfes sont farceurs :
Ils sont dotés d'un véritable esprit de facétie. Ils adorent jouer des tours aux humains, que ce soit pour se venger d'eux ou pour s'amuser. Si il peut s'agir de petites blagues comme déplacer des objets ou les voler pour voir leur victime les rechercher agacé, certains Elfes peuvent être prit par le jeu au point de le rendre pervers. Ils sont alors dangereux pour l'homme. Mais attention, il ne s'agit ici que de rares espèces d'Elfes.

Les Elfes ont une réelle fascination pour les hommes :
Ils ne cessent de les imiter, de s'identifier à eux. Mais leur fascination peut devenir de l'attirance, voir même de l'amour. Ils peuvent alors essayer d'attirer l'homme dont ils sont épris par leur chant comme les sirènes…

On dit qu'un baiser serait fatal à l'homme qui embrasserait un Elfe, et que si il pose seulement son regard sur lui, sa beauté le submergerait au point de lui briser le cœur.

On dit aussi qu'une femme kidnappée par des Elfes, sera transportée chez eux. On lui proposera alors à boire ou à manger. Si elle se laisse tenter, soit elle sera ramenée chez elle dans un état proche du coma dont elle ne s'échappera pas ou alors elle restera à jamais auprès des Elfes. Si elle refuse en revanche la nourriture qu'on lui propose, on la libérera aussitôt. Les elfes peuvent à ce moment-là lui laisser en cadeau un don comme celui de guérir ou de présager l'avenir.

En résumé les Elfes sont des êtres amusants, attachants, mais qu’il ne faut jamais mettre en colère...



LA MAGIE ELFIQUE
La magie Elfique est un sujet sur lequel beaucoup de gens en quête de savoir fouillent, car une question s'impose : qu'est-ce que la magie Elfique ? 

En effet qu'est ce qui dans leurs spiritualité fait d'eux une tradition à part entière ?

TOLKIEN: QUELQUES INDICES 
Tâchons de trouver quelques éléments de réponses pour guider la réflexion de chacun. Il faut déjà remonter aux dernières manifestations des elfes et des écrits à leur propos : tout d'abord Tolkien ! Effectivement ses écrits s'inspirant largement de nordisme et de celtisme nous permettent d'en apprendre un peu plus sur ce que peut être la tradition spirituelle Elfique. Tout d'abord les elfes ont un rapport beaucoup plus proche avec les dieux et les hautes énergies, ils connurent Aman pour certains et on peut raisonnablement en déduire de ce symbolisme une proximité avec les hautes sphères de l'astral et les dieux.

Qui plus est, et ce qui n'est pas étonnant, on retrouve parmi les différents peuples Elfique des traditions différentes. Ainsi le peuple de Cirdan le charpentier est plus tourné vers la mer, ainsi que les Teleris restés en Aman. Il distingue aussi les elfes sylvestres (tant ceux de Doriath que le peuple de Thranduil) avec une affinité évidemment pour les bois et la Nature. On constate un rituel majeur effectué par Galadriel quand elle révèle les éventualités de l'avenir à Frodon dans le Miroir d'eau et d'argent au cœur de la Lothlorien, ... ce dernier s'apparente à un rituel de magie ignée que l'on rencontre dans le culte avaloniens des Dames du Lac. Enfin pour les Noldors une magie plus élaborée, une forme de haute magie en quelques sorte même s'il est évident qu'il y avait une importante élaboration dans une pratique qui a fortiori était nourrie par d'importantes connaissances et expériences du peuple Elfique qui avait été directement instruit par les Dieux. Tolkien attribue aussi aux elfes la création des « runes ».
La piste des Mythologies Nordiques et Celtiques
Les deux peuples Nordique et Celtique sont les seuls (à ma connaissance) à parler des elfes dans leur mythologie.

TRADITION CELTIQUE
Dans la Tradition celtique et avalonienne, les elfes (à ne pas confondre alors avec les fées) formes avec tous les autres peuples « magiques » ce que l'on nomme le « petit peuple » ainsi certaines tribus auraient-elles à l'époque été rattachées à la traditions celtique ? Des peuples en tout cas liés par un fort amour à la nature les forêts, et ses esprits, comme en témoigne l'archéologie. On peut donc en déduire l'existence d'une forme spécifique de chamanisme et de druidisme. Ou alors formaient-ils une structure sociale et religieuse différente liés à Avalon par une connaissance commune de la vraie magie ? Pour ces groupes qui auraient pu présenter une apparentée singulière de par leur essence Elfique ? Historiquement il reste difficile de déterminer quelle fut la pratique réelle de ces Petits Peuples, néanmoins liés de manière forte à la tradition druidique et celtique dont ils font partie intégrante.

TRADITION NORDIQUE
Concernant les Nordiques, les elfes dans leur mythologie forment plusieurs branches, je ne traiterais que des elfes de Lumière de l'Alfheim, et non des elfes noirs connu aussi dans cette mythologie sous le nom de nains. Les Elfes sont connus pour être fortement rattachés aux Dieux Vanes notamment Frey et Freya. On peut donc supposer que leur pratique ésotérique se rapporte à la magique Vaniques. De même leur lieu de résidence, l'Alfheim se situe entre le Midgard et L'Asgard donc entre les deux mondes, symboliquement. On peut donc en déduire une fois de plus une très grande affinité avec les Dieux et une affinité naturelle pour la Magie et la manipulation des forces primordiales. Rappelons que beaucoup de traditions dénomment les élémentals de l'Air par le nom d'Elfe même si à mon sens cela est erroné d'assimiler les peuples Elfiques et cette essence à des élémentals qui ne sont autres que les Sylphes (que certains donc nommeraient elfes). La confusion vient peut-être du fait que les elfes sont justement symboliquement ces êtres aériens proche du ciel et donc des dieux qui leur enseignèrent certains de leur secrets. Rappelons néanmoins que contrairement à ce qu'avance Tolkien, les Runes émanent du sacrifice dans l'arbre Yggdrasil d'Odin et non une création des elfes.

CONCLUSION
Cette études quoiqu'un peu courte ne permet pas d'apporter réellement de réponse à cette question. Cependant en mettant en commun les divers textes et les écrits d'auteurs modernes et des grandes épopées celtiques, conjuguées à la méditation et à la réflexion, peuvent nous permettre de trouver quelques grandes lignes.

Tout d'abord il est certain que les elfes ont une pratique de la Haute Magie, de la vraie magie, ce qui somme toute est purement logique... que cela soit parce qu'à l'origine toutes traditions mystique à la connaissance des Lois Universelles et plus encore les elfes formés directement par des Entités supérieures de l'astral.

On peut ensuite sérieusement penser que les Elfes avaient une pratique Rituelle très élaborée et esthétique en parfaite harmonie avec les plus hautes traditions et les plus proches de l'Un, et des entités (Phénix, Dragons,...). Il y a manifestement un rapport très fort avec la Nature car ils vivent en harmonie, de par leur nature et leur essence magique et pure, qui laisse penser à une pratique ésotérique proche des forces naturelle primordiales que l'on retrouve dans le druidisme notamment, et la symbolique des runes. On peut donc avancer qu'il y a une forme très poussée de spiritualité et de communion avec la nature s'apparentant à un chamanisme élégant ... mais néanmoins on peut penser que les pratiques varient d'une peuplade Elfique à une autre que ce soit de par la culture, l'histoire et aussi, on peut penser, le milieu de vie très spécifiques aux clans Elfiques.

Le Système Elfique nous enseigne aussi ces dernières choses, ces correspondances parfaites élémentales, planétaire, cardinales... (cf. l'article sur le système Elfique) et nous permet de déduire les pratiques Elfiques de certaines magies...

On peut donc constater comme types de magies une magie Solaire reliée à l'élément Feu sous son aspect le plus pur et originel de la Lumière... On observera une magie Lunaire qui est apparente à la magie des Dame du Lac et s'oppose à la magie solaire de par la sphère planétaire et l'élément eau qui lui ait rattaché. L'autre facette des pratiques Elfique est la Magie Stellaire en rapport avec l'élément Air et enfin ...enfin, la dernière pratique gouvernée par la sphère de notre planète est la magie Terrestre pure rattachée à l'élément terre et à Gaia ... cela peut paraître anodin mais le système Elfique prend en compte des correspondances très divergentes du système classique tel qu'on l'expose. C'est aussi un état d'esprit tout autre qui a pu être explicité et qui en sera encore l'objet.

Quoiqu'il en soit, il est certains aussi que, la magie étant universelle, elle ne peut appuyer ses différences que sur des symbolismes et des correspondances singulières s'apparentant néanmoins aux systèmes universels ...

Les analogies exposées peuvent ainsi permettre à qui saura percevoir ces secrets quelles pratiques sont possibles avec les correspondances Elfiques et l'état d'esprit du peuple, ... le système Elfique nous renseigne par exemples sur des analogies possibles pour créer un cercle élémental de protection par exemple ...

A chacun désormais donc de participer à la réminiscence de cette tradition des plus riches et d'apporter sa pierre à l'édifice du savoir pour reconstruire ce qui fut sûrement une des plus nobles traditions et des plus pures !

POUR QUI ŒUVRENT LES ELFES
Les elfes sont nés du Sacrifice de Sivraëm.  Ce sont des créatures charmantes et très liées à la nature. Certains Elfes, les druides, se sont imprégnés de l'esprit de la nature et peuvent lancer des sorts qui y sont associés. Rares sont les druides, et les Elfes en général, qui œuvrent pour le mal.  L'arme préférée dans combattants elfes, les Chasseurs, est l'arc.  Il leur permet de chasser des proies méfiantes et sensibles. 

Certains elfes sournois se servent de leur agilité et de leur souplesse, voire de leur charme, pour détrousser des voyageurs infortunés dans le but de parvenir à leurs fins (note du chef: bravo Efix pour cette phrase magnifique!) On peut préciser que les chasseurs ayant développés leur aptitude à se camoufler peuvent accéder au rang de rôdeur, qui sont bien plus précis à l'arc, qui possèdent un bonus de maniement avec cette arme, et qui peuvent lancer des sorts simples de druide.
Les elfes sylvains sont plus petits que les humains, mais les hauts elfes, de Deon, sont eux en général plus grands. 

Les Elfes ont un bonus en intelligence, et un malus en force.
Ils sont aussi appelés Eïvam (leur nom en Elfique), enfants de Sivraëm, et plus rarement derniers nés.


COMMENT RENCONTRER UN ELFE
Il n'est pas possible d'avoir un elfe à soi, cependant, l'un d'eux peut choisir de se montrer à vous si vous le souhaitez réellement. Pour voir un Elfe, il y a tout d'abord une attitude à avoir et une nouvelle perception du monde qu'il faut adopter. Il faut savoir observer dans un état de plénitude, de calme et de tranquille solitude. Il faut aussi savoir être attentif et ne pas garder un plan fixe, le regard doit se promener tout autour de soi pour avoir une vision le plus large possible parce que les elfes peuvent rester discrets dans leur dévoilement physique. S'il faut se mettre dans un état de calme total, il ne faut cependant pas rêvasser ou avoir une intention particulière derrière la tête car alors, l'elfe ne se montrera pas. Il est important de garder à l'esprit que poser un regard nouveau sur le monde, c'est le voir tel qu'il est réellement, avec tous les êtres qu'il porte en lui.  

Certaines conditions sont défavorables pour faire appel à un Elfe. Il s'agit notamment de deux jours de l'année: le 1ier Juin ou le 1ier Novembre, car ce sont des jours où ils déménagent et il ne faut pas les déranger. Il ne faut surtout pas tenter d'apercevoir un elfe le 1ier Novembre puisqu'ils empruntent ce jour-là des chevaux aux humains qu'ils ramèneront ensuite lorsqu'ils seront essoufflés et à bout de force. Ils traversent les landes dans une terrible chevauché à la fois dangereuse et terrifiante. Si vous croisez alors leur chemin, vous pourriez être puni de mort pour ce que les Elfes considéreraient comme une offense.

Heureusement, il y a aussi de meilleures conditions pour pouvoir rencontrer un Elfe:
Il semblerait en effet que certaines dates y sont favorables, notamment les jours les plus courts et les plus longs de l'année. Ainsi, lors du solstice d'hiver, le 21 ou le 22 Décembre, et pendant le solstice d'été, le 21 ou 22 Juin, vous avez plus de chances d'apercevoir un elfe. Les meilleurs moments de la journée pour tenter cette rencontre serait aussi midi et minuit ou l'aube ou le crépuscule.

Pour voir l'Elfe il faut ensuite choisir de grands espaces de nature où ils aiment vivre. En se promenant avec un trèfle à quatre feuilles dans les mains et en sachant observer autour de vous, vous réunissez toutes les conditions les plus favorables pour sentir la présence d'un elfe.

* Il faut donc choisir une heure et un jour favorable, ainsi qu'un endroit le plus éloigné possible des activités humaines: le cœur d'une forêt, d'une colline ou d'une campagne. Revenir à cet endroit plusieurs fois de suite pour que les elfes finissent par accepter votre présence et se révèlent à vos yeux.

* Vous devez vider votre esprit, ne pas avoir de sentiment de peur ou d'angoisse à l'idée de cette rencontre pour ne pas être rejeté par les Elfes. Assurez-vous ensuite en toute honnêteté que vous ne cherchez pas cette rencontre pour acquérir une quelconque gloire ou l'intérêt des autres en vous vantant d'avoir été choisis. Vos intentions doivent être le plus pure possible, c'est une expérience personnelle.

* Lorsque votre esprit sera vide et ouvert, répétez-vous que vous voulez simplement prendre contact avec un esprit de la nature, si vos fins sont pacifiques ils le sentiront. En revanche, si vous n'êtes pas convaincus et que vous vous mentez à vous même sur vos intentions, ils le sauront aussi.

* Soyez toujours propres sur vous, sain et gardez patience, vous finirez par les voir. La sérénité est nécessaire lorsqu'ils se présentent à vous. Si vous prenez peur, votre fuite sera prise pour une faiblesse et il vous faudra vous racheter. Soyez donc sûr d'être prêt et de savoir garder un réel sang-froid lorsque cette rencontre aura lieu.

* Si vous parvenez à rester calme lorsqu'un Elfe accepte de se présenter, vous pouvez lui parler à condition de murmurer ou de simplement bouger vos lèvres en ne parlant qu'avec votre souffle. Il faudra alors cependant rester à distance de lui. Lorsque l'elfe s'en va, votre expérience est terminée.

DERNIÈRE MISE EN GARDE
N'oubliez pas que l'Elfe choisit de révéler sa présence que s'il le désire et seulement lorsqu'il se sent réellement en confiance avec vous. Alors ne montrez jamais de signes d'impatience ou de faiblesse mentale qui pourraient le faire fuir. Ne tentez surtout pas de le piéger ou de le filmer, ne courrez pas raconter votre expérience à des personnes qui pourraient en rire car l'Elfe pourrait se sentir trahi et se venger plus ou moins gravement. Le mieux reste de la garder pour vous et de ne surtout pas provoquer leur colère ou leur ressentiment.

COMMUNIQUER AVEC UN ELFE
Trouvez une roche ronde grise, assoyez-vous sur les rives d’un cour d’eau, une rivière, une source, un lac ou autre… prenez votre roche dans vos mains et appelez-le par la pensée.  Concentrez-vous et laisser aller… laissez-vous envelopper par le bruit de l’eau et rappelez-le à vous quelques fois puis attendez… SOYEZ PATIENT, TRÈS PATIENT et un Elfe viendra à vous en vous répondant par la pensée de manière télépathique… maintenant posez vos questions mais ATTENTION SOYEZ POLIE ET TRÈS PATIENT MAIS SURTOUT NE VOUS MOQUEZ JAMAIS DE LUI…


LE MYSTÈRE DES ELFES
Pourquoi ne voyons-nous pas les Elfes ?
Si les Elfes semblent appartenir au monde imaginaire et aux légendes colportées par les hommes depuis des siècles pour entretenir une certaine magie dans notre réalité quotidienne et rationnelle, de nombreuses recherches sérieuses tendent à attester l'existence de ces créatures qui nous auraient précédés très largement sur la terre. Ces êtres bien réels sont des entités appartenant à l'espèce des élémentaux.

Nous sommes en perpétuel contact avec les Elfes sans le savoir car ils échappent à notre vision, tout comme les anges.  En effet ils ne vivent pas sur un plan physique identique au nôtre, ce qui leur donne un corps composé d'énergie qui se déplace à une vitesse semblable à celle de la lumière. 

Ainsi ils échappent à notre perception ; ils sont immatériels et invisibles pour les hommes, et si leur corps n'est ni dur ni solide, il ressemble plus à une sphère lumineuse fluide, dont la plasticité plus mobile leur permet de prendre différentes formes et tailles. Cependant les Elfes peuvent se matérialiser et devenir visible pour l'homme.  Ils passent de l'énergie à la matière à condition de ralentir leurs mouvements et leur corps, pour que leur énergie se densifie et devienne perceptible. 

Nous ne distinguons plus alors un simple petit nuage de fumée condensée mais un véritable corps qui peut prendre différents aspects, selon la volonté de l'Elfe. Il peut se matérialiser en insecte, en animal, en végétal, en roche ou même en humain. Pour ne pas perturber un Elfe et pour lui donner envie de se rendre visible à nos yeux il faut nécessairement s'ouvrir aux sentiments et aux émotions auxquels sont sensibles ces êtres. Ils ont horreur des esprits fermés qui refuse d'accepter leur existence et qui ne croient qu'aux certitudes rationnelles. Il faut s'ouvrir aux Elfes pour leur permettre de se rendre visible à l'œil humain.  Autrement dit : servez-vous de votre cœur.


CHANTS ET ARTS
Le peuple Elfique est réputé pour ses grands esthètes et de fins artistes. Cela se retrouve dans la magie dont ils sont passés maîtres dans l'art de la pratiquer, et où ils y mêlaient Chant Musique Danse et grâce.

Ainsi alliez à vos rituels ces formes d'arts ces chants notamment, qu'il est simple d'appliquer ! Ceci est d'une grande vertu quand il est fait dans un esprit et une considération sacrée il permet de purifier amplement le lieu et instaurer joie et paix, grâce à l'élégance Elfique. Inscrire la Cérémonie sacrée dans ces vertus et cette allégresse permet ainsi d'indiquer noblement et avec fermeté l'appartenance aux forces cosmiques positives et pures !

On peut aussi réciter des prières en guise d'ouverture à tout acte magique cela sera extrêmement positif et ne manquera pas d'écarter toutes forces et sanctuariser avec fermeté le lieu. Le chant peut très bien être vocalique ou improvisé tant qu'il vient du cœur et obéit à une recherche d'esthétisme et une intention pure ! Laissez-vous enivrer par l'aspiration à la pureté, à la beauté, à l'allégresse ! Il existe beaucoup de prière qui peuvent être chantées ! Et vous pouvez même fredonner vos propres airs ! Les poèmes et chants Elfiques donnés et créés par Tolkien peuvent être un excellent exemple ! Surtout si l'on sait que ces langues inventées ne le sont pas entièrement en ce sens qu'elles sont inspirées de langues galloises et nordiques ! Cette recherche de beauté et d'esthétisme est fondamentale avec une conscience pleine de l'acte, une pure volonté, et une intention noble.

Mais d'un point de vu plus ésotérique il faut se rappeler que la musique, le chant, et les fameux mantras dont il a déjà été question ont une résonance ésotérique sans précédent ... rappelez-vous, tolkienistes, que dans l'Ainulindalë c'est la musique et la symphonie parfaite dictée par Eru aux Ainurs qui créer par sa perfection le Monde ... la plus grande musique jamais jouée. Bien souvent on a perdu l'idée que l'acte magique se doit d'être à l'image de la perfection de l'Un cela passe donc par cette Œuvre Complète que lie perfection de l'esprit et art par le biais des vibrations harmoniques des sons. On retrouve bien souvent cette présence de sons que ça soit dans les mantras des moines, la harpe des bardes et plein d'autres encore.

Bien souvent les rituels, prières et actes magiques deviennent atones et austères. Pourquoi alors se priver d'Art quand ce derniers exprime un lien si recherché de perfection avec l'au-delà ?

LE LANGAGE DES ELFES
Les premiers langages Elfiques remontent à l'éveil du peuple Elfe. Ces patois rudimentaires imitaient harmonieusement les bruits d'animaux et transposaient les sentiments comme la peur ou la colère par une série de grognement. Très vite, les Elfes ressentirent le besoin de danser, afin de célébrer la nature. Ils découvrirent alors que certains cris étaient harmonieux et mélodiques: le chant venait d'être découvert. Durant les célébrations primitives, les danseurs dansaient pendant des jours entiers pour célébrer le printemps, l'été et même l'automne. Les danses s'accompagnèrent d' hurlements, puis de cris, avant d'arriver au chant. Les premiers chants se composaient d'une série de A ou de O chantés dans une gamme de notes allant du son le plus caverneux au son le plus aigu. Puis les syllabes apparurent. Et les chanteurs associèrent alors plusieurs syllabes afin de nommer les animaux: les premiers mots étaient créés. Suivirent d’autres champs lexicaux jusqu'à aboutir à une véritable langue chantée. Les Elfes, charmés par la beauté de ces chants, remplacèrent progressivement leur patois primitif par cette langue fort mélodieuse. Ainsi fut créé le langage Elfe …

QUELQUES ELFES CÉLÈBRE
On sait que les elfes peuvent prendre une forme humaine ; ils sont alors d'une beauté si grande qu'elle en devient parfaite. Les elfes humains eux sont immortels, ils forment une espèce pacifiste, bienveillante qui peut accueillir des hommes sur leurs îles paradisiaques. Mais certains elfes prennent l'apparence d'humain pour causer du tort aux hommes. Voici les plus célèbres d'entre eux :

•Ganconer :
Il prend l'apparence d'un bel homme avec de grands yeux noirs. Son nom signifie : « celui qui parle d'amour », ainsi, il part à la recherche de jeunes femmes seules, la nuit, dans les landes, pour les attirer à lui avec sa musique. La jeune fille qui succombe sous son charme et se laisse embrasser mourra de ce contact magique. Ainsi le dicton dit : « Celle qui rencontre le Ganconer peut tisser son linceul ».

•Luidag :
Terrible séductrice, elle attire le regard par ces gestes langoureux et ces vêtements déchirés qui révèlent les plus belles parties de son corps. Elle attire aussi les jeunes hommes mais pour les agresser sexuellement. Lorsqu'elle les quitte, ils ne sont plus que des corps sans vie.

•Erlkoeinig :
Il ressemble à un spectre, un brouillard flottant dans les campagnes allemandes où il recherche des enfants qu'il pourra enlever pour garder auprès de lui. Il a déjà trois filles sombres et sinistres.


ELFES QUI ŒUVRENT POUR LE BIEN
•Dagda :
Il vit dans un magnifique palais qu'il gouverne, sous les collines d'Irlande. On dit de lui qu'il est un « surelfe », capable de vaincre neuf ennemis à la fois, d'un simple coup de massue. Il est capable d'éveiller toutes les émotions possible, grâce au son de sa harpe, en véritable poète comme Orphée qui fait venir à la lui la nature, par le pouvoir de sa musique enchanteresse.

LE PANTHÉON ELFIQUE
  • Timerae : Déesse de la vie

Incarnations : une louve, un gypaète.
Timerae s'est liée à Arathéas pour créer les humains, et elle est considérée comme la mère de ceux-ci. Timerae est montrée comme la patronne des dieux car elle fut la première à naître suite à l'explosion du Lenwaï. Respectée par ses frères, elle fut également la première à subir le courroux et la jalousie de Marec, et mourut en -1506. Sa mort affaiblit de beaucoup les capacités de ses armées. Aujourd'hui elle est la déesse à qui l'on à dresser le plus de temples sur Antharia et est devenue la principale divinité des Humains. De nombreux héros humain, notamment des paladins, combattirent sous l'aile de Timerae.

  • Hératt : dieu de la sagesse.

Symboles : le chêne.
Incarnations : Un taureau.
Hératt est le dieu de la sagesse. De ce fait, il inspire la plupart des prêtres de ce monde. Il joue un rôle des plus importants car il empêche par son influence les excès de tous les peuples. Père des nains, il est très respecté par ce peuple qui a d'ailleurs une fâcheuse habitude de faire fi de toute réflexion et de résoudre tous ses problèmes par la violence (ce qu'ils ne considèrent pas comme un mal). Mais si les nains sont violents, ils sont grâce à Hératt particulièrement sages. On trouvera d'ailleurs parmi cette race les meilleurs clercs d'Antharia.

  • Vrathéal : Déesse des puissances naturelles.

Symboles : Un torrent, la foudre.
Incarnations : une once.
Vrathéal est la mère des nains, mais les elfes lui vouent un culte tout aussi fort, sinon plus. Protéger l'équilibre est une chose, mais les premiers grands rois elfes comprirent que la nature pouvait conserver l'équilibre si elle était elle-même protégée. Il ne faut pourtant pas croire que le culte que lui vouent les nains est insignifiant, loin de là. Après tout, les meilleurs clercs ne sont-ils pas des nains ? Bien sûr, ce culte est l'une des rares similitude que l'on pourrait déceler dans le comportmeent religieux des elfes et des nains. Vrathéal est de par sa nature (sans jeu de mots) la principale divinité des druides, qui font bien plus que protéger la nature, puisqu'ils se considèrent eux-mêmes comme une partie de la nature, en représentants anthariens de Vrathéal. Arganthir, l'actuel archidruide gouvernant le peuple elfe, aurait même combattu aux côtés d'une incarnation de la déesse lors de batailles peu avant la mort de Davaorm, lorsqu'il n'avait pas 30ans.

  • Sivräem : Dieu de l'équilibre.

Symboles : Un œil ou une balance.
Incarnations : Aucune.
Sivräem Lythot est le père de tous les elfes mais est considéré également comme le sauveur d'Antharia, lorsque son corps fusionna avec la roche du satellite pour créer les elfes et rétablir l'équilibre perdu depuis des cycles. Il dispose d'un culte très particulier, qui n'est pas continu (sauf chez les elfes bien sûr) dans le sens où sa victoire (ou son sacrifice, cela dépend d'où on se place) est célébré durant une semaine, qui représente le début de l'année (une année vaut 418 jours sur Antharia, cette année est le temps que met Kenypsos pour finir sa révolution autour d'Yos). Durant ces jours, toutes les activités sont arrêtées (même la seconde guerre contre les gnolls s'interrompit la première semaine de l'année 998, non sans risque) afin de se remémorer les guerres qui ravagèrent le satellite des années auparavant, et de remercier Sivräem pour son ultime victoire qui a sauvé la vie des milliers d'êtres vivants (dont certains ne l'aurait pas mérité, soit dit en passant). Ce dieu n'est jamais réapparut sous une forme vivante après sa mort, considérant, d'après les grand chefs religieux, que les elfes sont des représentations de lui-même.

  • Marec : Gardien des morts (dieu des enfers)

Symboles : un crâne humain transpercé verticalement d'une épée.
Incarnations : Aucune (il n'est pas mort, et ne s'est plus fait revoir depuis sa fuite).
Marec est de loin le dieu le moins apprécié sur Antharia, ce qui est aisément compréhensible vu le rôle qu'il a joué dans toutes les guerres qui ont fait rage sur Antharia depuis la Lenwaï. Aucun culte officiel ne lui est réservé mais quelques sociétés aussi fanatiques que discrètes lui vouent un culte caché. Il fut gravement blessé par Davaörn en -500 durant la dernière bataille. Lors de ces combats, il damna le corps et l'âme des Elfes tombés pour créer une nouvelle race d'orques, plus résistants, et s'en fuya. Ces êtres, conservant toujours leur apparence d'avant leur mort sont pour la majorité partis avec lui, et reviendrons probablement avec lui comme il l'avait promis. Il fut condamné à vieillir dans son immortalité par la fléche bénie par les eaux de l'Argath, décochée par Davaörm, seigneur des Elfes et commandant des armées de l'est. Davaörm fut tué lors de combats contre les quelques orques "elfiques" qui restaient sur Antharia. Cette date marque le début de notre ère. Il reste maintenant à expliquer la cause de la révolte de Marec contre ses frères. Celle-ci est en effet fort simple, Marec entra en guerre contre le reste des dieux car ceux-cis avaient jugé leurs enfants (alors uniquement les humains et les nains) assez grands pour leur donner la vie éternelle et les secrets de la magie. Marec s'opposa à cette idée car cela équivaudrait à la cessation de l'accroissement de son royaume. Il pervertit donc les âmes qui étaient en sa possession et les remis dans des corps morts depuis peu, créant les orques, des créatures hargneuses, mais dont l'apparence n'est pas monstrueuse. Marec damna également bon nombre de nains, qu'on nomme les gnahim, des êtres vivants en petites communautés dans les forêts et les grottes des Monts Sombres (plus couramment nommées Chriten, ce qui est la traduction elfique de Mont Sombres).

  • Arathéas : dieu de la guerre.

Symboles : Une targe devant une épée longue.
Incarnation : Un lion de Dunkeas.
Arathéas est le principal dieu de la guerre sur Antharia. Beaucoup d'humains le vénèrent, et il faut comprendre que dans toutes les civilisations d'Antharia, la guerre est considérée comme un art vénérable, qui doit se faire selon des règles bien strictes. A ce titre, la trahison est le pire des péchés, et tout traître sera punit de mort s'il est retrouvé. Sa seule incarnation connue est celle d'un lion de Dunkeas se joignant aux armées humaines d'Ereth pour repousser l’invasion du continent par les gobelins du sud, il y a 466 ans, où il tua les centaines de gobelins qui tentèrent de faire tomber la citadelle Veos. Le principal temple d'Arathéas se trouve à Kelm, en royaume d'Ereth, érigé en honneur de cette mémorable bataille. C'est le troisième plus grand bâtiment jamais construit (le premier étant la tombe de Davaorm), il fut réalisé par les mêmes mages architectes que la tour gardienne elfique de Yaeth et la tombe de Davaorm.


LA MUSIQUE DES ELFES
Les elfes sont des musiciens admirables.

Les Tuatha de Danann d'Irlande (premier peuple d’Irlande, tout comme les amérindiens d’Amérique) sont connus pour leur grande maîtrise des arts, notamment la poésie et la musique.

Le roi Dagda était lui-même un habile musicien qui tirait de sa harpe des mélodies qui provoquaient tantôt le rire, tantôt les larmes, la nostalgie ou le sommeil.

L'un de ses fils, Bodhb Derg, qui tenait son palais souterrain dans le sud de l'Irlande,
Entretenait à sa cordes bardes fort savants, notamment le fameux Cainchinnet son fils Cascorach.

Ces musiciens hors pair usaient d'une sorte de harpe celtique, nommée tympan, qu'ils portaient en bandoulière lorsqu'ils devaient se déplacer, et dont ils tiraient une musique aux accents si étranges et si envoûtants que saint Patrick lui-même, l'évangélisateur de l'Irlande, déclara, paraît-il, que la musique des elfes était réellement très belle, bien qu'empreinte de sortilèges.

"A cette exception près, avoua le saint, aucune musique ne me semble plus proche de l'harmonie céleste"

Les meilleurs musiciens d'Irlande, violoneux ou sonneurs de cornemuse sont accoutumés à puiser leur inspiration en s'endormant sur quelque tertre enchanté, l’oreille collée au sol, afin de mieux surprendre les mélodies merveilleuses s'échappant de la cour souterraine des Elfes. Mais les musiciens ainsi initiés finissent par succomber à l'irrésistible nostalgie qui se dégage de cette musique; ils se laissent alors mourir de langueur et quittent bientôt ce monde pour rejoindre le royaume des elfes.

De même, les huldras norvégiens, qui vivent comme les siths à l'intérieur des tumulus ou des collines, laissent filtrer de leurs cachettes une musique sublime, nommée huldraslaat, que les montagnards parviennent à surprendre en collant leur oreille au sol. Mais lorsqu'ils se savent épiés, les elfes se vengent en transformant leurs douces mélodies en concert de lamentations et de cris, plongeant les auditeurs trop curieux dans un profond état de mélancolie qui peut leur être fatal.

D'une manière générale, quelle que soit leur contrée d'origine, les elfes aiment à jouer, danser et faire la fête de manière permanente, aussi bien dans leurs palais enchantés que la nuit dans les forêts. Mais dès que retentit le chant du coq, il ne demeure de leur présence que quelques empreintes de pas dans l'herbe.


LES SIDHES : SEIGNEURS D'IRLANDE
Les Daones Sidhes (prononciation : dïna chï) irlandais, appelés Siths en Écosse, représentent une des branches les plus connues de l’aristocratie elfique. Rien d’étonnant à cela, puisqu’ils descendent en droite ligne des Thuatha dé Danaan, enfants de la déesse Dana, lesquels habitaient les Iles Célestes avant de s’installer en Irlande.

Ces princes elfes dont la taille était égale, certains disent supérieure, à celle des Hommes, étaient réputés pour leur grâce et pour leur beauté. Leur teint était pale, leur silhouette aristocratique souple et élancée, leurs manières délicates, leur port princier; leur longue chevelure rivalisait de beauté avec la nuit de la sombre ou le soleil le plus brillant. Le rossignol jalousait leur voix et leur don pour la musique, et tous les arts qui lui sont apparentés, apparaissait sans égal sur notre Terre.

Pendant des Âges, ils sillonnèrent les vallées et les collines d’Irlande, parés de vêtements somptueux, souvent blancs, et de bijoux finement ciselées. Ils vivaient dans de splendides palais, dégustant les mets les plus délicats.

Mais leur mode de vie n’était pas toujours des plus paisibles et, à l’occasion, c’est couvert d’une armure scintillante qu’ils se présentaient aux regards. La campagne environnante résonnait alors du bruit cristallin de leurs armes magiques.

Car la magie faisait partie intégrante de la vie des Sidhes et, s’ils l’utilisaient parfois aux arts de la paix, ils pouvaient également s’en servir à des fins guerrières, parfois sinistres, que ce soit entre eux ou pour le plus grand péril des mortels qui les croisaient.

Cette existence devait se poursuivre jusqu’à l’arrivée sur l’Ile, d’une tribu gaëlique, les milésiens, ou fils de Mill. Au terme de combats violents et acharnés, ces derniers chassèrent de la surface de la terre les descendants des dieux, les obligeant à se réfugier dans des tertres ou promontoires au coeur desquels, dit-on, ils vivraient encore de nos jours, dans leurs palais reconstruits.

Qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, il semble toutefois que leur défaite leur coûta également une grande part de leur stature. Ainsi, les Sidhes sont désormais classés parmi le "Petit Peuple d’Irlande" au même titre que les fées et les lutins, sans qu’il soit possible de savoir s’il s’agit là d’une réalité ou d’une simple et bien humaine illusion.


LE MARIAGE CHEZ LES ELFES
L’Elfe est, nous le savons (cf. « La société Elfique ») un « animal » clanique. Son statut dépend pour l’essentiel de son clan, c'est-à-dire de sa famille. Ce n’est pas pour rien, après tout, que les membres des clans écossais (pour ne citer qu’eux) se font appeler « mac », c'est-à-dire « fils de ». Le clan, en effet, n’est jamais qu’une grande famille au sein de laquelle tous sont liés. On comprend donc bien que dans un tel contexte l’institution même du mariage soit particulièrement importante puisqu’elle unit non seulement deux êtres, mais également deux cellules familiales et parfois, si le rang des époux l’autorise, deux clans.

Si l’on ajoute à ce contexte les conceptions religieuses des Elfes on aboutit à des règles d’autant plus complexes que s’y ajoutait une dimension divine.

Mais évidemment, comme pour toute règle, les exceptions ne manquaient pas… pas plus que ne manquèrent les conséquences fastes ou préjudiciables qui les accompagnèrent.

Le mariage : une union librement consentie
Bien entendu, le mariage Elfique doit avoir sa part de féerie. Ainsi les futurs époux se devaient d’être beaux, jeunes et, enfin, amoureux.

En ce qui concerne la beauté, la question ne se pose même pas. Ne s’agit-il pas d’Elfes et donc de « Belles Gens », mais pourquoi « jeunes ? ».

Tolkien est, sur le sujet catégorique. Dans sa description du mariage chez les Eldar, il affirme que ces derniers « se mariaient dans leur jeunesse et peu après leurs 50 ans », ce qui permet d’ailleurs de supposer que la cinquantaine devait représenter chez les Elfes une sorte de seuil symbolique pour atteindre l’âge adulte, avec toutes les responsabilités qui en découlent dont celle d’une famille.

Évidemment, comme je le disais plus tôt, cette règle devait connaître de nombreuses exceptions. Nous savons, d’ailleurs, que pendant les époques troublées, et Eru sait qu’elles furent nombreuses en TDM, les noces furent souvent repoussées. Il s’agissait, probablement, d’éviter d’élever des enfants dans un contexte où leur existence ne pouvait être assurée.

De fait, de nombreux exemples, du moins parmi la noblesse Elfique dont les chroniques nous sont parvenues, montrent que l’attente pouvait se prolonger quelques siècles voire quelques millénaires après ces fameuses premières cinquante années Ainsi, Thingol épousa Melian 26 années valar (soit près de 250 de nos années) après son voyage en Valinor(donc bien après sa première jeunesse); Galadriel (selon la version généralement acceptée) épousa Celeborn en Beleriand et Elrond se maria avec Celebrian à l’âge de 3599 ans. Arwen, enfin, n'épousa Aragorn qu'alors qu’elle avait atteint 2778 ans !!!

Mais qu’importent ces considérations d’âge, puisqu’ils étaient amoureux. Car les Eldar se mariaient « par amour, ou tout au moins, par libre consentement des deux parties ».


Et comment aurait-il pu en être autrement ?

Les Elfes possèdent une capacité innée à saisir la vérité cachée et ne s’en laissent donc pas compter dans le choix de leur conjoint. En fait, s'il est probable que l’expérience puisse aiguiser cette capacité, il semble que dès leur plus jeune âge ils soient capables de voir au-delà des apparences et que le choix de l'époux idéal leur soit ainsi révélé.

Quant au libre choix des du conjoint, la seule idée de rester lié pour l’éternité (ou suffisamment longtemps pour y ressembler) à la même personne sans pouvoir divorcer, le divorce étant interdit, me paraît personnellement suffisante pour inciter la grande majorité des individus à prendre toutes les mesures nécessaires pour "faire le bon choix".

Il faut cependant reconnaître que certains cas sont ambigus. Le plus célèbre parmi ceux-ci est probablement celui d’Eöl, l’Elfe Noir. Ce dernier aurait réussi, par quelque enchantement, à épouser la fille de Fingolfin, Aredhel. Mais le fait que cette dernière soit restée longtemps auprès de lui avant de s’enfuir… et sans mourir de chagrin (ce qui, à défaut d’autre chose l’aurait libérée de ce mariage) m’a toujours laissée assez sceptique quant au caractère purement contraignant de cette union.




Commentaires